Journées scientifiques internationales : ODD9 au cœur de la réflexion à l’UL


Tribune de discussions et de partages pour faire le bilan des acquis et identifier les défis à relever dans les universités en Afrique, pour que la recherche devienne ce véritable moteur du développement durable, la 19ème édition « des journées scientifiques internationales de Lomé » (JSIL 2022) a été lancée ce 17 octobre 2022 à l’Université de Lomé (UL) en présence d’éminentes personnalités dont surtout des enseignants chercheurs de 14 pays et de l’ancien premier ministre togolais, professeur Selom Klassou.
« Quelles recherche scientifique et innovation dans les Universités et centres de recherche africains pour l’atteinte de l’ODD9 ? » Voilà le thème objet de cette 19ème édition des JSIL qui réunit des universitaires venus des pays d’Afrique mais aussi de l’Europe et de l’Amérique. A l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le professeur Joseph Tsigbé, directeur de la recherche et de l’innovation, président du comité d’organisation n’a pas manqué, dans son mot de bienvenue, d’expliquer le dudit thème en remerciant par ailleurs le Président de l’Université de Lomé, le professeur Dodzi Komla Kokoroko, les universités partenaires, les partenaires techniques et financiers et toutes les personnes de bonne volonté qui ont contribué à la tenue de «cet événement scientifique » qui est le plus important à l’UL.
En ouvrant les travaux, au nom du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, la directrice de cabinet, madame Dzifa Gameti, a manifesté sa fierté par rapport à l’ampleur que prennent les JSIL qui, « débuté timidement en 1990 », sont « devenues une tradition, faisant d’elles une des références dans la sous-région ». La croissance sans cesse du taux de participation aux JSIL par des chercheurs doit galvaniser l’Université de Lomé à mettre davantage la recherche scientifique au service de la communauté, souligne-t-elle.
Pour le professeur Joseph Koffi Tsigbé, ce thème s’est imposé parce que lors de la 18ème édition des journées scientifiques » les participants ont recommandé de choisir un thème en lien avec les ODD ».


« Et nous avons vu que c’est l’ODD 9 qui concerne la recherche et l’innovation. Il y a eu aussi d’autres éléments qui ont motivé ce choix. Quand on se réfère à l’agenda 2030 de l’Union Africaine, il recommande également qu’on puisse renforcer les technologies et l’innovation pour que cela puisse aider au développement de notre communauté. L’année dernière, le 02 décembre, au cours de l’Assemblée générale des Nations Unies, il a été suggéré fortement que cette année 2022 soit placée sous le thème de l’année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable. Quand on met tout cela ensemble, cela nous amène à conforter le choix de cette thématique autour de laquelle nous avons rassemblé ces différents chercheurs et enseignants chercheurs venant de 14 pays », a-t-il clarifié.
« Désormais avec l’ODD 9, nous sommes obligés de faire route ensemble (faire route avec les économistes, industriels, opérateurs économiques: ndlr). On ne peut plus organiser une telle messe scientifique sans leur tendre la perche. Ils vont venir nous dire quels sont leurs besoins réels et comme cela nous saurons désormais comment orienter nos recherches pour qu’elles répondent à leur besoin. C’est comme cela que nous allons ensemble enclencher le développement », a conclu M. Tsigbé pour qui dès cette édition, l’Université de Lomé veut laisser la tribune aux partenaires du monde économique.
Un son de cloche partagé par le professeur Batawila qui fait savoir que le choix du thème des JSIL 2022, convoque les chercheurs africains à s’engager de manière holistique à l’atteinte de l’ODD 9, dont l’objectif est la mise en place des infrastructures résilientes susceptibles de promouvoir l’industrialisation.
Autour du thème, « Les systèmes nationaux de la recherche et de l’innovation : défis et opportunités pour l’atteinte de l’ODD 9 en Afrique », la conférence inaugurale débutant les travaux a été l’œuvre du professeur Kouami Kokou de l’Université de Lomé. La réflexion de ce dernier est orientée sur les défis que les structures nationales de recherche et d’innovation devront surmonter pour saisir les opportunités qu’offre l’ODD9. Le nombre et la nature des défis à relever ont été exposés aux participants de même que cinq opportunités qu’offre le Togo. Pour le conférencier, ces opportunités sont la volonté politique, l’environnement économique national, la feuille de route 2020-2025, la relance du secteur privé et opportunités partenariat public-privé et l’intérêt des partenaires bilatéraux et multilatéraux pour la recherche et l’innovation. Pour lui, « les ODD constituent une opportunité majeure pour la promotion de la recherche nationale. Chacun des ODD offre un champ infini de recherche » sinon « demeurent la référence des politiques macroéconomiques encore pour les huit prochaines années ».
Des visites de stands, des conférences débats, des tables rondes, sont les importantes activités à l’ordre de ce rendez-vous scientifique de taille.

Jules Tété

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *