Togo/Examens Licence et Master pro désormais organisés par un seul organisme public

Qualité, crédibilité des diplômes préoccupent et doivent préoccuper. En effet, les diplômes de Licence et Master professionnels délivrés par les établissements d’enseignement privés seront désormais subordonnés à des examens nationaux, organisés par un seul organisme dénommé l’Office des Examens Professionnels du Supérieur (OEPS), anciennement l’Office du Brevet de Technicien Supérieur (OBTS).
La décision a été énoncée lors du dernier conseil des ministres ; c’était mercredi 10 janvier 2024 et vise notamment à « réaliser les objectifs de l’assurance qualité dans le système éducatif au sein des établissements d’enseignement supérieur et à réaliser l’égalité entre les étudiants du public et du privé ».
Curricula et question d’homologation…
Il y a quelques mois, le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Majesté Watéba Ihou, ne cessait de tirer la sonnette d’alarme et a même énoncé l’urgence des réformes dans la procédure d’obtention des diplômes dans l’enseignement supérieur. Tout est désormais acté par le gouvernement et à partir de cette année académique 2023-2024, les examens d’État ou examens nationaux se tiendront dans les établissements privés d’enseignement supérieur, pour les grades de Licence et de Master professionnels. « Désormais, tous les examens professionnels de ces niveaux, Licence et Master, seront organisés par un seul organisme sur tout le territoire », précise Yawa Kouigan, ministre chargé de la communication et porte-parole du gouvernement. Il s’agit ainsi pour le pays d’harmoniser tous les curricula, afin que les étudiants, qu’ils soient du public ou du privé, soient mis dans les mêmes conditions d’examen et obtiennent les mêmes diplômes. L’État togolais devrait cependant continuer à délivrer des homologations pour les diplômes qui ne sont pas obtenus sur le territoire. « L’homologation va continuer, mais pour les diplômes qui ne sont pas obtenus au Togo, qui ont été obtenus à l’étranger, dans les mêmes conditions. Une fois que cela sera vérifié, il pourra être procédé à leur homologation », ajoute la représentante du gouvernement.
Vive la bonne formation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *