Fin de campagne électorale/UNIR et Faure Gnassingbé peuvent compter sur l’Ogou


« Dans mon commencement est ma fin et dans ma fin mon commencement ». Cette citation de Thomas Stearns Eliot résume stratégiquement dans une vision politique et de développement, le fonctionnement et le déroulé de la politique de développement du parti Union pour la République (UNIR) qui, en fin de campagne électorale ce jour estime depuis la ville d’Atakpamé (préfecture de l’Ogou) qu’il est au commencement de nouvelles actions pour le mieux-être de toutes et de tous.

Bain de foule de M.Bodjona (à gauche) et Mme Kouigan (à droite)


En effet, à la faveur d’un géant et ultime meeting cet après-midi, meeting qui a mobilisé sur le terrain face à l’« évêché » d’Atakpamé une foule monstre de militants et sympathisants de l’UNIR venus de tous les coins de la préfecture Ogou, Yawa Kouigan, tête de liste UNIR dans ladite préfecture pour les législatives et ses colistiers voient leurs soutiens se multiplier.

Le militant Pascal A. Bodjona, ministre conseiller politique du Président de la République Faure Gnassingbé est descendu dans l’Ogou ce jour pour donner un cachet spécial à l’opération de charme de l’électorat ; un soutien de taille pour la liste UNIR en cette fin de campagne électorale dans cette vaste localité de la région des plateaux visiblement acquise au parti bleu-blanc. C’est certes la fin de la campagne mais une fin qui n’est que le commencement et la pérennisation de nouvelles actions ou projets du parti UNIR.
Fin de campagne, commencement d’une nouvelle vie dans la fin…
Le moment est assez historique dans une ambiance festive des grands jours et Yawa Kouigan, tête de liste UNIR-Ogou, toute la coordination préfectorale et Pascal Bodjona, l’émissaire du Président Faure Gnassingbé sont davantage convaincus qu’avec la marée humaine aux couleurs de l’UNIR présente à ce meeting, la modernisation entamée dans tous les sens n’est que le commencement de nouvelles actions pour le bien-être dans tous les coins de l’Ogou et du Togo.


« A mon tour je voudrais vous dire la joie qui m’anime d’être avec vous ici à Atakpamé, ma ville ; je ne suis pas venu prêcher mais juste pour être témoins et vous dire que ce que mes yeux ont vu, ce que mes oreilles ont entendu, Faure pouvait toujours compter sur Ogou. Notre forte mobilisation ne surprend guerre, UNIR est le bébé de l’Ogou, c’est ici qu’est née UNIR et entre l’Ogou et l’UNIR le lien maternelle demeure, c’est normal que nous soyons là au nom du Président de notre parti pour vous dire que le Chef de l’Etat a ses yeux sur la population de l’Ogou », a déclaré Pascal Bodjona, le ministre conseiller spécial du Chef de l’Etat. Pour ce dernier, « les actions ont commencé et vont se poursuivre pour que Ogou, Atakpamé et les cantons de la préfecture puissent connaître aussi la modernisation ; les problèmes d’eau, les problèmes de voirie, les problèmes de chefferie dans la préfecture sont des sujets bien connus par le président » du parti UNIR. M. Bodjona a martèle que le vote qui va s’opérer le lundi prochain prendra une autre dimension, raison pour laquelle il est important selon lui « d’appeler à la cohésion, à l’oubli des frustrations » et que chacun comprenne que le vote du 29 avril « n’est pas un simple vote pour choisir les députés et les conseillers régionaux mais un vote pour donner au Chef de l’Etat et Président du parti UNIR les moyens nécessaires de poursuivre le développement du pays et de continuer » à le préserver des autres fléaux d’insécurité que l’on « voit ici et là ».


L’autre clou de l’événement était la prise de parole de la militante Ahofa Yawa Kouigan qui, à cœur ouvert et très émue par la présence et le soutien de taille du ministre conseiller du Chef de l’Etat, Pascal Bodjona, s’est adressé à ses frères et sœurs, ses parents de l’Ogou. Reconnaissant la présence de M. Bodjona à Atakapmé à ce meeting comme la marque de l’attachement de l’homme en la vision du Président Faure Gnassingbé, Mme Kouigan dit voire en sa présence, « le témoignage » de son « soin particulier à ce que lors des consultations électorales du 29 avril 2024, le message puisse être clair et sans ambadge pour tous », « chaque voix » comptant « pour faire gagner UNIR ». S’agissant de ses parents, frères et sœurs de l’Ogou, la militante appelle à la bonne direction dans laquelle engager Ogou et son développement à travers les choix opérés dans les urnes le 29 avril prochain.

Une écrasante victoire de l’UNIR en perspective…
Tous les signaux sont au vert pour UNIR en milieu Ogou selon plusieurs esprits avertis. En effet, pour nombre d’observateurs sur le terrain dont les analyses concordent d’ailleurs au vécu de notre rédaction sur place, ce meeting a bien servi de baromètre politique pour mesurer la tendance au soir du 29 avril, avec la prévision objective d’une écrasante victoire de l’UNIR.

Ali Legrand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *