Sécurité/Le Président Gnassingbé au sommet de l’initiative d’Accra


Faure Gnassingbé, président de la République togolaise, était à Accra, capitale ghanéenne, ce 22 novembre 2022, dans le cadre du sommet sur l’initiative de ladite ville. Le sommet entre sept Etats d’Afrique de l’Ouest, membres de l’Initiative d’Accra, et plusieurs dirigeants européens en vue d’accroître leur coopération dans la lutte contre la propagation des violences jihadistes du Sahel vers les côtes du golfe de Guinée, s’est clôturé mardi soir sans annonce majeure.

Les présidents du Bénin, du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, ainsi que des dirigeants du Niger et du Mali, ont ainsi rencontré à Accra des représentants de l’Union européenne, de la Grande-Bretagne et de la France.

Lancée timidement en 2017, l’Initiative d’Accra vise à intensifier les efforts régionaux pour faire face à la menace croissante des violences jihadistes, qui gangrènent le Mali, le Burkina Faso et le Niger, et pourraient s’étendre aux pays côtiers.

Ces derniers mois, l’Initiative a pris une plus grande importance du fait de la multiplication des attaques au Bénin et au Togo, mais aussi à la suite d’un intérêt croissant des partenaires occidentaux qui cherchent à redéfinir leur stratégie dans la région, au moment où les relations se sont largement dégradées avec la junte malienne, désormais proche de Moscou.

La dégradation de la sécurité au Sahel « menace d’engloutir toute la région de l’Afrique de l’Ouest », a prévenu le président ghanéen Nana Akufo-Addo à l’ouverture de cette réunion.

« Les groupes terroristes, enhardis par leur succès apparent dans la région, sont à la recherche de nouveaux terrains d’opération, un développement qui a entraîné une évolution de la menace vers le sud », a-t-il affirmé.

« Depuis des années, nous parlons du risque de contagion de la menace terroriste du Sahel aux États côtiers. Aujourd’hui, ce n’est plus un risque, c’est une réalité », a affirmé le président du Conseil européen, Charles Michel, lors du sommet.

Selon les informations, à l’issue de ce sommet, les dirigeants ouest-africains n’ont fait aucune annonce majeure.

Ils ont cependant noté « les engagements des partenaires » à soutenir leur Initiative et « recommandé que des actions concrètes, notamment en terme de financement, soient prises pour soutenir les pays sévèrement touchés par le terrorisme ».

Les violences jihadistes au Sahel ont débuté en 2012 au Mali, faisant des milliers de morts et des millions de déplacés. Elles se sont étendues au Burkina Faso et au Niger voisins

Le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo font désormais face à la menace croissante de combattants du groupe État islamique (EI) et d’Al-Qaïda, implantés au Niger et au Burkina Faso, et qui multiplient désormais les attaques sur leur territoire. L’inquiétude grandit quant à de possibles recrutements locaux.

Ce sommet s’est tenu au moment où plusieurs partenaires ont annoncé le retrait de leurs troupes dans le maintien de la paix au Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *