Situation des banques togolaises avec l’injection hebdomadaire de liquidités de la BCEAO


Dans le cadre de ses opérations monétaires régulières d’injection de liquidités, la BCEAO a injecté en début de semaine 511 milliards FCFA à un taux de 5,5% dans les coffres des banques togolaises. Au total, 7 400 milliards FCFA ont été accordés lors de cette adjudication qui s’est tenue le 30 avril 2024 avec la participation de 110 entités financières venues des 8 pays de l’UEMOA. Ce sont les banques ivoiriennes qui s’en sortent en tête avec 1 741 milliards FCFA, suivies des banques burkinabè avec 1 312 milliards FCFA.
Ces injections de liquidités sont essentielles pour les économies de la région, notamment pour permettre aux banques de maintenir des réserves suffisantes en vue de répondre aux besoins de leurs clients, sans compromettre leurs obligations à court terme.


Cependant, le coût de la mobilisation de ces ressources pose quelques enjeux pour les banques. Alors que ce taux de 5,5% se maintient depuis le premier trimestre, il contraste fortement avec la moyenne de 3,2% observée en décembre dernier, signalant une montée des coûts de financement qui pourrait changer la dynamique du crédit dans l’Union. Les institutions financières, face à ces taux élevés, ont légèrement ajusté leurs offres de prêt pour préserver leurs marges. Pour les Etats, le coût d’accès au financement sur le marché régional devrait rester aussi élevé, réduisant les marges de manœuvre budgétaires.

Jules Tété

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *