Les fondamentaux pour l’élaboration et la mise en œuvre du plan spatial au Togo, objet d’un atelier à Lomé


Gérer efficacement et de manière durable l’espace marin et côtier ainsi que ses ressources est un processus qui préoccupe les acteurs impliqués qui se sont retrouvés en atelier à Lomé pendant deux (02) jours. Organisée par l’Organisme national chargé de l’action de l’Etat en mer (ONAEM) avec l’accompagnement de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI-UNESCO) et l’Union européenne (UE), cette rencontre démarrée hier a pris fin ce vendredi 03 mai 2024.


En substance, les travaux de cet atelier technique national étaient axés sur la méthodologie d’évaluation rapide de la MSPglobal. Dans un premier temps, il a été question d’identifier les initiatives existantes au Togo qui s’inscrivent dans la dynamique du processus de la Planification spatiale marine (PSM) et dans un second temps, de comprendre les différentes phases de la PSM ainsi que les activités qui sont déjà réalisées et en cours. « La finalité de ces travaux », renseigne Olanlo Kadjogbé Abra épouse Afanvi, Directrice de l’autonomie bleue au Haut Conseil pour la mer, « est de pouvoir déterminer de manière concertée les fondamentaux pour l’élaboration et la mise en œuvre du plan spatial au Togo ».
Après avoir remercié chacun des participants venus de différentes structures, Mme Afanvi a particulièrement réitéré toute sa gratitude aux partenaires, à la COI-UNESCO pour son accompagnement dans le processus de la PSM au Togo ; processus qui est long selon elle avec un objectif noble. « La PSM est un long processus qui vise à gérer efficacement et de manière durable l’espace marin et côtier ainsi que ses ressources.

Elle nécessite non seulement le temps, mais également, la mobilisation d’importantes ressources humaines, techniques et financiers pour l’atteinte de cet objectif », a-t-elle déclaré dans son mot d’ouverture.
Un engagement qui mobilise, qui forme…
L’engagement du Togo dans le processus PSM a permis de mobiliser plusieurs partenaire techniques et financiers comme la Banque Mondiale à travers le Projet WACA ResIP, Grid Arendal et la COI-UNESCO, informe-t-on. Dans cet élan et selon les organisateurs de l’atelier, plusieurs acteurs nationaux sont également mobilisés à travers la mise en place du comité de pilotage et le comité technique de la PSM au Togo.

« En vue de renforcer les connaissances et savoir-faire de ces acteurs nationaux en matière de la PSM, plusieurs formations ont été organisées dont celle de la COI-UNESCO, les 01 et 02 février 2024 à Lomé. Elle a permis de mettre l’accent sur les éléments fondamentaux de la conception du processus de la PSM », a clarifié Mme la Directrice pour qui l’atelier qui s’est achevé ce vendredi « vient consolider toutes les initiatives » déjà prises par les membres du comité technique « et donner des orientations pour de nouvelles perspectives ».

Ali Legrand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *