Le Togo parmi les pays africains à forte croissance en 2024


Des perspectives économiques encourageantes, une croissance soutenue et une économie résiliente malgré les chocs extérieurs ; c’est bien les caractéristiques que présentent selon des sources bien renseignées, dignes de foi, le Togo. Il s’agit des succès qui ont été internationalement reconnus, comme en témoigne le rapport de “The Economist Intelligence Unit” sur la croissance économique en 2024.
Selon ce rapport intitulé “Africa Outlook 2024 – Strong growth amid heated elections and financial woes”, le Togo est inclus dans la courte liste des douze pays africains figurant parmi les vingt champions de la croissance économique en 2024. Aux côtés du Togo, on retrouve des pays tels que le Sénégal, la Mauritanie, la Libye, le Rwanda, la Côte d’Ivoire, la RD Congo, le Bénin, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Mozambique et la Tanzanie. L’Afrique devrait ainsi enregistrer la deuxième plus forte croissance économique au monde en 2024, avec un PIB réel estimé à croître de 3,2 %, comparé à une estimation de 2,6 % en 2023.
Grâce aux nombreuses initiatives portées par le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, le Togo a enregistré une croissance économique estimée à 6,4 % en 2023, contre 5,8 % en 2022. Les perspectives économiques pour 2024 prévoient une stabilité avec un taux de croissance réel de 6,6 %.
Ces performances économiques du Togo résultent de réformes économiques majeures qui ont impacté positivement certains secteurs clés, notamment le secteur tertiaire. Le trafic portuaire de marchandises a fortement augmenté grâce à des investissements ayant positionné le Port autonome de Lomé comme le quatrième meilleur port à conteneurs en Afrique et leader dans la sous-région. Le secteur du fret a également montré une forte résilience malgré les incertitudes économiques mondiales et régionales.
En 2023, la contribution du secteur tertiaire à la croissance économique s’est élevée à 4,1 %, dépassant la prévision initiale de 4,0 %. Le taux d’inflation moyen pour la même année s’est établi à 5,7 %, comparé à 7,5 % un an plus tôt, en raison d’une amélioration de l’offre des produits alimentaires.
Le Président de la République a également joué un rôle prépondérant dans le secteur agricole en se réunissant avec les acteurs du domaine pour discuter des stratégies visant à améliorer la productivité agricole.
Ces avancées positives s’inscrivent dans un contexte de décélération générale des prix de consommation et d’un endettement public soutenable malgré les tensions inflationnistes mondiales et le durcissement des conditions financières. Le secteur financier a également contribué à cette croissance positive en élargissant ses services, confirmant ainsi la position du Togo en tant que plateforme financière régionale.
Les performances économiques du Togo sont également le résultat des réformes entreprises sous la direction du chef de l’État en matière de gestion des finances publiques. L’amélioration du climat des affaires a renforcé l’attractivité du Togo, mobilisant des investissements importants tels que la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), une nouvelle zone économique multimodale couvrant des secteurs tels que la logistique, l’agriculture, l’automobile, la pharmacie et la cosmétique.
Pour beaucoup, ces réformes et initiatives audacieuses ont permis de maintenir un cadre macro-économique stable, d’assurer la résilience de l’économie et d’améliorer le bien-être des populations.

Valentine Bia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *